Prochaines élections: quand les syndicats feront et démettront les gouvernements.

Votre Magy a déjà eu l’occasion d’écrire au sujet des syndicats et même de certaines personnes en particulier issues de ces organismes. Tout en se souvenant de la raison de leur création et de leur utilité actuelle, votre Magy a soulevé le dépassement progressif de la fonction des syndicats, de leur position en inadéquation avec la société de notre temps mais aussi leur comportement arbitraire, souvent agressif, défavorable à une partie des travailleurs et citoyens de cette société et surtout outrepassant leur fonction d’origine.

Tout ceci menant à une image défavorable des syndicats et portant préjudice à ceux qu’ils sont censés défendre mais surtout influant sur des politiques à mener qui ne sont pas de leur ressort.

Les syndicats ont maintenant décidé de passer à la vitesse supérieure.

Ce n’est un mystère pour personne que malgré les démentis de part et d’autre, les syndicats ont toujours préféré les gouvernements de gauche, qui dans l’imaginaire populaire incarnent le nirvana sociétal, même si ces mêmes syndicats les persécutent quand ils sont au pouvoir puisque justement la réalité du pouvoir est tout autre. Les syndicats sont comme tous les groupes sectaires, ils ne pensent qu’à leurs intérêts et à ceux pour lesquels ils parlent et oublient l’ensemble de la société. Il y a forcément conflit perpétuel.

Les syndicats ne sont jamais contents car nous sommes 365 jours par an en conflit année après année quel que soit le gouvernement en place. Ils ne comprennent donc pas certaines choses et certainement pas que la politique de casser et recommencer les mêmes travers pénalise une société dans son ensemble. C’est ce qui se passe depuis des décennies. Une fois à gauche toute, une fois à droite toute. Comme votre Magy l’avait écrit dans « Quand la terre tourne carré » en 2013, il faut une politique équilibrée qui relance l’économie et veille au bien-être des individus de la société. Les luttes de groupes sans idées constructives sanctionnent une société.

Cette vitesse supérieure est l’idée de mettre les gouvernements de leur choix en place.

Ils jouaient déjà aux putschistes avec les perdants des élections, que l’on nomme communément l’opposition, maintenant les syndicats ont décidé de demander aux partis, s’ils se conforment à leurs conditions, de le certifier par écrit et si tel est le cas alors ils inviteront leurs membres et adeptes à voter pour ces partis. Ils visent bien évidemment dans un premier temps le Parti socialiste qui ne demande qu’à revenir au pouvoir, les extrêmes de gauche et peu importe les conséquences et bien évidemment les Ecolo. Bref, tout ce qui peut contrer les libéraux francophones et les néerlandophones de notre pays. Cette idée est séduisante pour les groupes heu partis qui veulent revenir au pouvoir autrement qu’avec un programme nouveau et équitable pour l’ensemble de la société. N’oublions pas qu’un groupe porté par une idéologie particulière et sans le support d’autres groupes dirigera toujours la société pour une partie des individus jusqu’à ce qu’il soit démis et que la politique des chaises tournantes, si chère à nos mobiles et compulsions, s’exprime dans toute sa gloire.

Notez qu’en France, Mélenchon caresse la même idée en s’adressant aux syndicats et à Ecolo.

La FGTB met d’ailleurs une campagne en route « ensemble pour le changement » en collaboration avec des organisations et des mouvements de la société civile afin de recueillir les blâmes des citoyens dans le but évidemment de les enrôler en vue des élections et de confronter le gouvernement au résultat.

On se souviendra que ce syndicat ne fait pas de politique, s’en défend avec force. Il s’agit de parler de malhonnêteté et d’injustice.

Tout cela ne présage rien de bon pour la démocratie ni rien de bon pour l’évolution de la société.

Au niveau de la démocratie, il y a marchandage et pression des mois avant les élections. Il n’y a rien de nouveau sous le ciel et l’idéologie que l’on propose pour la prochaine gouvernance n’a pas fait ses preuves jusqu’à présent. Nous avons constaté à maintes reprises que la société a la mémoire courte. La FGTB parle de malhonnêteté mais elle aussi est malhonnête en imposant une politique favorable à une seule catégorie de citoyens et une idéologie qui a toujours appauvri une nation et par conséquent ses habitants. Autrement, il faut du libéralisme pour le commerce et l’emploi et surtout la garantie du « chez soi » et de l’individualité, ce que les syndicats sabotent. On tourne en rond depuis des décennies et on se cache derrière la lutte des classes qui ne change en rien le bien être de chacun.

Au niveau de l’évolution, on retombera dans un système qui voudra à nouveau tout casser pour s’imposer, qui voudra plaire en faisant des cadeaux qu’il ne pourra pas payer et qui commencera par les offrir en paupérisant les citoyens à qui tous les gouvernements demandent de payer le prix fort et de tenir cette société « sociale » debout alors qu’ils n’en profitent absolument pas mais en deviennent victimes. Il est temps de bien songer à ces citoyens encore bien silencieux et généreux et qui ne sont pas du tout millionnaires et qui ont le droit de profiter du fruit de leurs efforts et des heures de travail. Il n’y a pas de miracle. Comme votre Magy l’a écrit dans de nombreux articles et dans ses livres, seule une symbiose ou un changement de système économique peut satisfaire. Or, le changement du système économique n’est pas envisageable dans un délai raisonnable ou pas envisagé/voulu tout simplement, il faut donc envisager le changement au niveau politique et faire cesser les guerres fratricides qui minent et détruisent une société. La démocratie est un système politique et non pas la liberté de perdre son bon sens et de régresser pour le plaisir de chacun. Il faut donc accepter de collaborer, de modifier nos mentalités et surtout de respecter les règles qui font tenir la société en un seul morceau pour pouvoir améliorer le bien-être de tous.

Les partis et groupes qui ne pensent qu’à la façon de revenir au pouvoir sans se soucier des conséquences ne sont pas des amis de la démocratie et le système qu’ils mettent en place se retournera contre eux et leurs membres. C’est aussi la règle du jeu. Pas un bel avenir en perspective.

Les syndicats qui se défendent de faire de la politique sont de gros menteurs. Leur projet ne peut être acceptable puisqu’il ne sont pas élus démocratiquement par l’ensemble de la société et ne sont pas représentés au Parlement.

Magy Craft

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s