Equité, égalité, majorité, minorité, blabla

Mes chers Craftiens, mes chers amis lecteurs,

Un évènement douloureux a accroché votre Magy au pilori du silence mais cela n’a pas altéré son ressenti ni provoqué surdité ou cécité.Son cerveau est encore au-dessus des brumes mais votre Magy constate que c’est toujours le foutoir en bas. Chacun à son mobile, chacun avec le nez dans son assiette et les doigts dans celle de l’autre.

Il y en aurait des choses à dire, même si c’est en fait toujours le même problème. On change juste de lieu et encore et de personne et là encore c’est pas gagné.

On cause perpétuellement des conséquences sans s’attacher à la cause et on continue à manifester chacun dans son coin sans tenir compte des autres car SOI est plus important que l’autre mais on clame que tous, nous sommes égaux et que tout doit se faire dans une parfaite équité. Votre Magy a déjà répondu de multiples fois, de long en large, à cette litanie.

Parlons-en de cette égalité et penchons-nous « simplement » sur le concept majorité – minorité et comment nos paradoxes et idioties pourrissent notre société sachant que nous n’avons aucun projet de société favorable à l’ensemble du genre humain mais seulement des batailles entre tribus bestiales.

Quelques exemples qui « prouvent que nous cherchons l’égalité et l’équité » pour chaque individu:

– Prenons le cas du survol des aéroports et des zones concernées, un sujet qui pourrit la vie des habitants de certains pays depuis des décennies et qui est le cauchemar de plusieurs gouvernements. Nonobstant le fait que certains protagonistes protègent l’aspect économique du lieu et d’autres les emplois, il faut penser à la sécurité et au confort auditif des habitants. C’est un problème qu’il ne faut certes pas prendre à la légère. Or, il semble tout à fait naturel pour l’ensemble des acteurs de ce jeu de poker que ce soient les zones à faible densité de population qui doivent être survolées davantage ou complètement. Ben, c’est un peu bizarre. Comment se fait-il qu’un individu vivant dans une zone moins densément peuplée ait moins de droit qu’un individu vivant dans une zone plus peuplée ? Bénéficie-t-il en contre partie d’une réduction d’impôt ou un quelconque avantage médical peut-être pour les insomnies et dépressions qui en découlent ? La solution des zones suivant la densité de population est donc vraiment équitable et signe l’égalité des citoyens selon un procédé équitable.

– Un autre cas celui du licenciement. Lorsqu’on est licencié de manière abusive ou non, pour restructuration ou non, pour mise en faillite ou non, il n’y a aucun article dans les journaux, aucune contestation syndicale (même si l’individu est syndiqué), ni action du gouvernement parce que pour mériter d’être pris en considération dans les malheurs de la vie, il faut faire partie « d’un lot assez gros » de licenciements, il faut appartenir à un groupe étranger ayant pignon sur rue et il faut que cela aide politiquement l’image de l’un ou l’autre politicien ou gouvernement en place ou encore une opposition en mal d’amour. Nous avons, dans ce cas-ci, à nouveau la preuve que nous oeuvrons bien pour une égalité et une équité entre citoyens.

– Les citoyens en et hors prison: s’il est légitime que les droits des prisonniers soient respectés ainsi que leurs conditions de vie, il est surprenant voire tragique de constater que cela n’est absolument pas évident ni établi pour les citoyens qui ne sont pas incarcérés. Pour ces derniers, au vu de l’état des conditions de vie de la majorité des citoyens et de l’application de leurs droits, il est clair que l’on a manqué un sacré épisode.

– On pourrait continuer encore et encore. Le fait est que majorité ou minorité, égalité et équité sont des mots creux utilisés quand cela nous convient. En pratique, c’est du non sens total.

Si on prend sérieusement en considération l’idée d’un projet commun ayant pour objectif une société dont l’humain est le point de départ et le point central et non plus l’un de ses outils, une bonne partie des aberrations disparaîtront d’elles-mêmes.

Toutes ces manifestations, marches et contestations effectuées séparément sont indubitablement le signe d’un dysfonctionnement dans l’approche de la construction de la société. Chacun à son mobile, à sa compulsion sans regarder si en fait son problème ne découle pas de celui de son voisin ou si tous ne résultent pas d’une même origine. Et c’est ainsi qu’immuablement les femmes vont rouler à vélo dans les villes du monde de façon sporadique sans que cela ne change de manière fondamentale leur situation, que les individus de « couleurs » vont hurler et déambuler au nom d’une idéologie fantaisiste nommée racisme en oubliant que dans leurs rangs figurent femmes et enfants pour lesquels on effectue aussi des manifestions, etc.

Par conséquent rien ne peut être résolu car on réfléchit égoïstement en prétendant être un bon samaritain et on se retrouve devant des montagnes infranchissables voire même fatigués à la longue par toutes ces perturbations pour lesquelles aucun résolution ne voit le jour. Parce que séparément les rapports de force contre les déviants ne sont pas équilibrés et donc hormis la violence et l’échec, les négociations et les changements sont impossibles. Il en est ainsi de toutes les guerres oubliées.

Parce que l’essentiel est passé aux oubliettes: la valeur de l’être humain et le respect dû à chacun.

Votre Magy ne pense pas qu’une modification verra le jour de sitôt car rien n’est plus lent qu’un changement de mentalité principalement lorsque les acteurs d’une société, ceux qui ont le plus d’influence n’agissent pas dans ce sens. On regarde les démarches des uns et des autres comme une série à la télé en se disant c’est cool et puis basta. On vante le mérite de tel ou tel philosophe ou telle ou telle personne courageuse sans qu’on lui emboîte le pas car finalement tout le monde s’en fout et s’accroche à son rocher. Il est beaucoup plus intéressant de faire des commentaires, d’être dans la critique négative ou le sabotage, de recommencer les mêmes erreurs, de s’empoisonner l’existence et celle des autres et de condamner sa progéniture à une vie médiocre et une mort précoce tout en brandissant des pancartes peace and love.

Il faut une cohésion dans les projets. Il faut éviter de modifier sans cesse, sans raisons impérieuses, les visées de son action. Il faut fuir la versatilité. Fuir le pathos du remord décisionnel s’il n’y a rien à y redire. La société manque de sagesse et de bon sens. Elle manque de constance de l’âme. Constantia sapientis.

Succombe, homme de peu de perspicacité

Ta petitesse, ta médiocrité te soumettent

à l’immuable conflit des égoïsmes

Pleure donc, homme sans honneur

Ta destinée sera celle

que tu envisages pour tes semblables.

 

Magy Craft

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.