Le mot « démocratie » comme arme de prosélytisme

Nous voilà comme Gros- Jean comme devant.

Les Craftiens comprendront aisément où va nous mener cet article. Aidons les nouveaux amis lecteurs, de plus en plus nombreux, à saisir comment les comportements des acteurs de la société, tous sans exception, permettent, sans qu’ils s’en rendent souvent compte, d’aboutir à une situation grave, dangereuse ayant des répercussions à moyen ou long terme sur leur vie.

Prenons le cas de la Turquie. Cela fait des lunes que les Etats membres, donc tous les pays et les gouvernements de l’Union européenne (rappelons-le pour ceux qui se laissent encore abuser par les gouvernements qui se cachent derrière « Bruxelles »), flirtent avec la Turquie pour une éventuelle adhésion nonobstant les critères empêchant cette dernière de pouvoir prétendre à de telles négociations. Personne n’est dupe, chacun croit manipuler l’autre, chacun se croit plus malin. On se fréquente, avec nos copains américains, pour des raisons économiques, des raisons de réfugiés, des raisons de terrorisme, et un tas de raisons qui n’en sont pas.

Votre Magy vous écrit, au travers de ses articles et de ses livres, les pensées qui régissent les actions des acteurs de la société, les paradoxes et la schizophrénie de ces derniers mais aussi du manque de cohérence et de définition commune quant à nos valeurs et ce pourquoi nous adhérons vraiment et voulons nous battre. Ce manque de cohérence entre le dire et le faire provoque une dislocation de l’équilibre sociétal et favorise la progression de groupes et de partis les plus divers et les plus nocifs. Paradoxalement, naturellement, ces groupes et partis, remportent un franc succès malgré le fait qu’ils représentent tout ce à quoi nous voulons échapper.

Quel lien entre la Turquie, la démocratie et le prosélytisme?

BELGIUM POLITICS OATH BRUSSELS REGION PARLIAMENT
20090623 – BRUSSELS, BELGIUM: Newly elected Brussels parliament youngest member Mahinur Ozdemir of cdH wearing muslim scarf, pictured with members Eric Tomas of PS (C) and Emir Kir of PS (R) in the Parliament of the Brussels-Capital Region, on Tuesday 23 June 2009. Today it’s the first session of the new parliament after the 7 June regional elections. BELGA PHOTO OLIVIER PAPEGNIES

Nous nous sommes bien emmêlé les pinceaux avec cette notion de démocratie. On en a autant de version que nous avons d’interlocuteurs et de circonstances. On utilise ce vocable à toutes les sauces et on ne sait plus très bien ce qu’il désigne pour notre société propre, ce qu’il englobe comme valeurs et principes. Et ce d’autant plus quand nous l’érigeons comme bouclier quand nous avons peur de prendre des décisions qui pourraient se retourner contre nous, non pas de l’extérieur mais bien de l’intérieur. Il en résulte que nous nous emprisonnons et devenons intolérants vis-à-vis de nous-mêmes mais extrêmement paradoxaux et incohérents quand il s’agit de pays ou d’organismes étrangers voire dangereux. Nous sommes auteurs, conducteurs et victimes de ce prosélytisme.

Nous pourrions prendre de nombreux exemples, il n’en manque pas, la Turquie étant à la Une, faisons-lui honneur. Depuis des dizaines d’années, au nom de l’idéologie du racisme, des mots en « isme » et « phobe », du déni du monde politique, de la mauvaise gestion des informations par les médias et d’une participation non éclairée d’une bonne partie des citoyens, nous avons assisté partout dans le monde et aussi au sein de l’Union européenne à la mise en place de cellules terroristes de l’état islamique avec des recrutements possibles par divers moyens facilités par notre incompréhension, notre assistance passive, notre non communication claire à nos représentants politiques.

Dans le même temps, votre Magy, vous informait qu’il ne fallait pas négliger l’aspect « occupation » des lieux au niveau politique de certains « élus » turcs ayant une très grande influence sur la diaspora et sur les communes où cette dernière vit, où les tracts électoraux sont en turc et non pas dans une des 3 langues nationales du pays – belle intégration. (petite digression: à Rhode-Saint-Genèse un bourgmestre francophone n’est pas élu car les tracts n’étaient pas écrits en flamand….).  Magy a aussi interpellé à de multiples reprises le monde politique et les médias, depuis 2013 et même avant, pour demander comment il était admissible que le parti Humaniste (CDH) garde et cautionne un membre, Mme. özdemir, (première parlementaire voilée en Europe alors que la laïcité est de mise. Alors, qu’une plainte pour négationnisme a été déposée à son encontre par le Comité de Vigilance Citoyen en 2009 (refus de reconnaissance du génocide Arménien)), étant donné que Mme Özdemir ne se souvient de rien et n’a jamais clarifié sa position sur le génocide et qu’on se souviendra aussi que bien qu’elle ait juré comme parlementaire de respecter la constitution belge et les citoyens, elle ne s’est pas gênée pour les mépriser et les traiter d’islamophobes sur les médias turcs et en turc! Aucune sanction n’a été prise! (voir article de Magy Craft du 28/10/2014).

La Belgique, pour ne citer qu’elle, tolère un autre « incident »- scandale à la Chambre des représentants lorsque des élus d’origine turque ont refusé la minute de silence en hommage au génocide arménien. Les médias vont alors enfin se pencher un peu sur Emir Kir du PS et Mme. özdémir du CDH en tant que négationnistes. C’est de Turquie, faut-il s’en étonner, que cette dernière, avec l’appui du président Erdogan (présent à son mariage), fait appel de son éviction du parti (dont l’ex président du CDH, Joëlle Milquet fut quand-même notre Ministre de d’Intérieur!).

mahinur-erdogan

Paradoxalement, la Belgique n’a eu aucun problème en 2015, à laisser le président Erdogan, faire un discours politique devant des milliers de Turcs en Belgique! Ces mêmes supporters, qui lui ont permis d’être réélu, et qui aujourd’hui depuis le coup d’Etat manqué manifestent dans les rues en Belgique, brandissent les drapeaux turcs et non belges et font la chasse au pseudo instigateur du putsch. Il faut se souvenir que Erdogan a pour but de renforcer le pouvoir présidentiel en modifiant la constitution, de faire sauter un à un les verrous de la laïcité afin d’instaurer un régime islamiste, de faire taire l’armée dernier rempart traditionnel contre l’islamisme et aussi évidemment de retirer tous les droits aux femmes qu’il considère, Coran à l’appui, comme inférieures à l’homme et n’ayant qu’un seul rôle, la maternité.

Que fait Erdogan maintenant? Il parle de démocratie et nous, nous répétons bêtement via les médias que c’est le peuple qui demande un Etat autoritaire, la remise en fonction de la peine de mort, la suppression de tous les droits. C’est du délire pur et simple!

Le Brexit c’est aussi démocratique? La question qui se pose face au prosélytisme c’est de bien se mettre d’accord dans ce que nous voulons mettre sur le mot démocratie et comment nous voulons nous comporter. Démocratie ne peut vouloir dire majorité conditionnée, ni majorité embrigadée par le mensonge qui nuit à l’intégrité des citoyens, de leurs acquis et de leur bien-être, et encore moins manipulation qui pousse à la guerre au seul profit d’un démagogue ou d’une minorité d’inconscients-égoïstes.

Quelle démocratie voulons-nous?

Parlementaire ou populaire? Remettons-nous d’accord sur cette notion. Car nous passons de l’une à l’autre et cela entraîne des dis-fonctionnements. Cela prouve aussi que les représentants élus (ou pas, cela se discute aussi) des citoyens sont dépassés par la situation économique et politique, ce qui crée le chaos actuel et renforce le pouvoir des régimes autoritaires, totalitaires.

Comment voulons-nous les élections, comment modifier le système pour rendre confiance aux citoyens et garantir leurs choix et l’obligation aux élus des citoyens de remplir leur mandat correctement.

Nous ne pouvons nous cacher derrière des notions dont nous seuls comprenons et appliquons la signification. Si un adversaire utilise nos règles et nos lois contre nous, le bon sens doit être de mise et l’adversaire ne peut bénéficier de ce qu’il rejette en soi. C’est ainsi que nous avons perdu en première instance dans les procès, les condamnations sur nos territoires et plus grave, tout en martelant ces règles et lois aux citoyens, continuer à commercer, dialoguer avec des Etats, des pays qui non seulement n’ont pas la même vision que nous mais plus grave tentent de nous affaiblir ou nous détruire.

Incompréhensible aussi et grave, au tout début de la montée de l’extrême droite en Hongrie, des citoyens hongrois et européens (Magy vous a écrit un article) se sont tournés vers l’Union européenne pour appeler à l’aide. Tous les Etats membres sont resté inactifs. Mobile: ingérence! NON!! Inacceptable, si l’EU est une famille, il n’y a pas d’ingérence. On se parle et on agit dans une famille quand des membres sont en périls. Maintenant, l’extrême droite est active partout comme la mérule et nous sommes en étau entre elle et les radicaux islamistes.

Nous avons un projet, nous avons de quoi penser, nous avons un avenir à défendre, il ne manque que les visionnaires, chaque acteur à la bonne place et chacun de nous en pleine participation mais surtout attentif et lucide. Ne laissons pas toujours les fous prendre les rennes et gérer nos existences. Ils ont déjà assez de pages dans les livres d’Histoire.

Quand on est dans l’incapacité de savoir ce que l’on veut, de savoir où l’on va et d’appliquer clairement nos principes, la porte est ouverte à toutes les dérives, à tous les monstres, à toutes les perditions.

Magy Craft

erdogana

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.