Le malin plaisir

Hamilton disait: « Un moment de réflexion lui fit envisager la désagréable aventure que ce serait ». (Mémoires du chevalier de Grammont).

Las, de petits tyrans écervelés et diaboliques, issus de nos concitoyens, ont beaucoup de plaisir à côtoyer le côté malin et à prendre plaisir à persécuter leurs contemporains. La réflexion leur étant étrangère, ils n’éprouvent aucun remords à asservir leurs voisins à leurs desiderata, par tous les moyens à leur disposition, au nom d’une pseudo justice ou égalité qui les concerne exclusivement. La réflexion, ils la laissent au petit malin ou petite maligne qui les ameute pour sa plus grande gloire personnelle.

Ainsi, se vautre une partie de la société dans la boue du plaisir de la ruine et de l’humiliation d’autrui tout en se persuadant qu’elle oeuvre pour un monde meilleur et que sa vision du bonheur pour tous se doit de passer par la violence, la contrainte, la délation, l’intolérance, l’inégalité dans les résultats, la mise en danger de nos codes et valeurs qui régissent nos sociétés, la régression et l’oppression. A imposer donc tout ce qu’elle prétend vouloir limer. Ces individus, qui ont le monopole des images médiatiques, sont menés, en plus des petits frustrés de service, par leurs compulsions. (voir : Éloge d’une société sous névroses). Leur publicité gratuite sans fin et sans commentaires balancés donnent un cliché de la société que l’on pourrait croire au bord de l’apocalypse. Cette apocalypse est en fait en cours de progression parce que les malins rusés ont toujours un train d’avance sur le reste de la société qui peine à se faire entendre et qui au fil du temps trouve logique que ce qui est hors système prenne le pas sur ce qui est la règle du choix citoyen selon les codes prescrits. On en est arrivé à ce que ce qui devait être dénoncé comme dangereux et/ou horrible ou la révélation d’un pouvoir tyrannique vire à l’acception de toutes les complaintes et rébellions de n’importe quelle manière faisant en sorte que la société démocratique avec ses codes de vie plonge progressivement dans le chaos et dans l’état tel que nous le connaissons aujourd’hui. Tous ont oublié que les lieux où l’on peut contester, critiquer, manifester sont des lieux où la liberté et les droits sont respectés. Il leur est donc facile de crier au loup dans une bergerie paisible mais le jour où le loup y entrera vraiment, le berger sera éventré et les moutons réduits au silence.

Cette triste réjouissance orgasmique, dont se délectent les adeptes du désordre, de la régression, du repli et de la lobotomie, a conduit les pays de l’Union européenne, et l’Union elle-même par conséquent, à un retour à des pratiques que nous avions fui et à l’abolition de droits que nous avions acquis.

Les citoyens et les dirigeants pris dans les filets de leurs compulsions laissent la gangrène gagner le corps entier, restent tétanisés, incapables de réagir engoncés dans les méandres d’une logique de défense qui n’est plus de mise.

Tout en explosant sous les bombes des terroristes, les Européens laissent leurs pays tomber, un à un, aux mains de radicaux répressifs qui vont démolir leur niveau de vie, le peu de droits qu’ont les femmes, la liberté de la presse, la liberté de circulation et surtout déflagrer l’Union qui ne pourra plus se positionner face aux USA, à la Chine et autres puissances que ce soit au niveau économique, politique ou de défense.

Cette société adolescente, qui ne finit pas sa crise de puberté, nous entraîne de par ses frasques qui n’ont plus rien d’anodin ou de bénin vers un passé que l’on s’amuse à commémorer afin qu’il ne se reproduise plus. La répétition est la seule religion de l’Homme. Ne serait-il pas temps que les adultes remettent les pendules à l’heure ? Entre régression, démolition sans plan de rechange, dictature et évolution vers une entente cordiale pour un progrès collectif, il ne devrait pas y avoir d’hésitation et pourtant …

Il nous faut réagir de manière défensive, parfois offensive et à la hauteur du plaisir malin des déviants. Il faut lutter contre la peur et nous sortir de la tête l’endoctrinement qui enseigne que se défendre et survivre c’est se mettre au niveau des inconscients, des adeptes du chaos, des persécuteurs voire des criminels. Il en va de notre futur. N’est-il pas inconcevable que nous devions toujours recommencer à zéro sur les ruines fumantes de l’enfer après un lot de souffrances de par la faute d’êtres inconséquents, non avertis ou malfaisants.

En toute logique, un pays où les citoyens n’ont pas su ou pas voulu évincer un gouvernement extrême d’être au pouvoir, et qui crache des vapeurs bouillantes sur l’Union et sur les valeurs démocratiques, humaines et d’ouverture, ces citoyens doivent accepter que leur pays ne siège plus au sein de l’Union européenne jusqu’à ce qu’ils changent de gouvernement ou prennent la décision de quitter la maison Europe.

Il est dans toutes les bouches que de démocratie représentative les citoyens veulent passer à une démocratie participative et bien qu’ils le prouvent et prennent leurs responsabilités. Qu’ils fassent bien attention d’être informés et dans la capacité de gérer et de décider sans être sous influence comme cela a été le cas pour les British. Le changement est dans la construction pas dans la destruction. Ces individus ont entraînés les membres de leur famille dans un drôle de pétrin en Hongrie, Pologne, Autriche, Italie (en partie d’autres pays de l’Union en coalition). Quant aux membres des familles de ces pays qui veulent rester dans la maison, ils doivent se révéler pour y rester.

L’UE doit aussi apprendre à mettre de l’ordre dans ce nid de vipères pour sa propre sauvegarde mais aussi pour les millions d’Européens qui lui ont et lui font confiance.

Ne peuvent voter et siéger dans l’UE des pays ayant une politique anti UE. C’est du sabotage, une immense absurdité. Cela ne concerne en rien le choix démocratique au niveau national. C’est une question de bon sens. Les déviants utilisent toujours nos faiblesses et notre droiture pour mieux nous affaiblir voire nous annihiler comme les islamistes.

Se pose l’éternelle question de savoir pourquoi il est reste plus facile de descendre au lieu de monter dès lors qu’il faudra quand-même remonter mais de plus bas et sans marches.

Pourquoi le plaisir du mal et le malin plaisir du chaos doivent-ils avoir raison de la réflexion, de la conciliation et de la joie du partage et de la solidarité, du progrès, de l’aventure d’un projet, de l’épanouissement dans la recherche, la culture et le beau ?

Que chacun décide en son âme et conscience avec toutes les clefs en main. Cela commence par la paix dans son propre pays où problèmes et violence sont exactement les mêmes. Étrange non ?

Magy Craft

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.