Le poids des commentaires, la frivolité des prédictions et supputations

Bonjour à vous mes chers Craftiens, mes chers amis lecteurs,

A vous, de plus en plus nombreux de par le monde, votre Magy vous envoie toutes les ondes positives qui vous serviront à rester forts et lucides dans cette société en grande mutation et dans laquelle les discours les plus variés, les plus obscurs, les plus pessimistes mais aussi appelant au doute et au questionnement sur nos certitudes font fureur par toutes les brèches de la communication qui leur sont offertes.

 

Nous avons oublié beaucoup de choses, nous les grands amnésiques de la création. Nous avons singulièrement oublié le poids des mots dans cette époque de la grandiose communication. Les mots, ces mots qui forment des phrases, traduisent une pensée sont aussi vitaux que le boire et le manger. Dans cette grande société de consommation et du tout à jeter, nous gaspillons et balançons la nourriture aux ordures. Nous n’avons dès lors aucun scrupule à en faire autant avec les mots et jeter ainsi aux ordures les conséquences que leur énoncé peut entraîner à l’encontre du personne, d’un concept, d’un pays ou pire de créer, de véhiculer, d’accentuer des opinions, des chimères, des doutes, des craintes.

Il n’est donc pas étonnant que dans les pays où la dictature sévit ou tente de s’imposer, l’éducation soit minimisée tout autant que la liberté de s’exprimer et de penser même en silence.

Dans nos pays, dans notre société juvénile (voir Quand la terre tourne carre – Thebookedition.com), nous avons voulu nous libérer d’anciens carcans tout en nous maintenant dans un système ancestral. Après des décennies, nous sommes où nous en sommes….et il semble que nous soyons encore loin de vouloir sortir de cette crise d’adolescence. C’est ainsi que des enfants perdus se remettent spontanément entre les mains de vieux gourous despotiques et dangereux. Nous pourrions regarder tout cela avec empathie si nous n’étions pas directement impactés par cette tragédie.

Nous avons bien une partie de la société qui n’est pas retournée au stade de la puberté et qui a continué à évoluer. C’est cette société qui innove, tient la boutique et la maison debout autant qu’elle le peut tout en se faisant martyriser et décrier par les adolescents victimes dont on ne sait pas trop « de plus de quoi » que leurs semblables, mis à part les éternels intouchables qui existent depuis la nuit des temps. Nous sommes tous victimes. Dans la société, l’opposition des humains sur base de la jalousie est aussi un médiocre concept véhiculé par une partie des acteurs de cette dite société. Il ne s’agit pas seulement de ceux qui se présentent comme victimes et qui jugent sans connaître le parcours des autres, mais aussi de ceux qui ont l’opportunité et les moyens de se faire entendre par un grand nombre d’individus. Une partie le fait dans un but bien précis, une autre partie dans une frivolité indécente.

De cette ère de supra communication a germé une nouvelle caste de commentateurs. Ces commentateurs sont journalistes, politologues, historiens, sondeurs, experts en tous genres. Focalisons-nous sur cette caste d’un nouveau genre et non pas sur les professionnels qui font correctement leur travail et que nous remercions.

Si on s’est lassé de voir toujours les mêmes visages en politique et d’entendre les mêmes discours, on ne peut qu’être assommé par les membres de cette caste qui ne sont guère renouvelés.

 

Il y a les journalistes qui répètent inlassablement les mêmes questions tout en interrompant celui qui doit répondre (vous me direz qu’au centième épisode tout le monde connait l’issue), ceux qui lisent les questions de leur liste sans bien les comprendre puisque la question qui suit est sans rapport avec la réponse qui vient d’être donnée (quand l’un des invités ne fait pas partie de la clic habituelle), ceux qui font du cinéma en jouant leur propre rôle, ceux qui sont là et qui se demandent bien pourquoi et qui passent leur temps à soupirer, ceux qui viennent tous les jours et qui disent tout et son contraire, etc…

Il en va de même pour tous les autres invités qui viennent tous les jours, voire plusieurs fois par jour sur différents plateaux. Notez qu’on finirait tous par dire n’importe quoi à la longue, même sans doute parler du tailleur de X ou d’un café comme si c’était réellement la cuisse de la Joconde.

Une chose les rassemble sans équivoque, ils devraient tous faire de la politique étant donné qu’ils sont champions pour donner des conseils aux Chefs d’Etat, aux partis politiques, à dire comment faire campagne et à quoi faire attention, ce qu’il faut faire et ne pas faire, dire et ne pas dire, avoir intérêt à… ou pas intérêt à …., à dire tout le contraire le lendemain comme si de rien n’était, ne pas s’excuser d’une mise à mal au nom du droit à l’information (mais à quelles conditions?).

Tout ceci pourrait paraître anodin ou cocasse mais cela ne l’est pas. Les mots, ces satanés mots que l’on répète encore et encore finissent par influencer ceux qui les écoutent et qui n’ont pas le réflexe de vérifier et de croire qu’ils agissent selon leur libre arbitre.

En définitive, ces commentateurs ne donnent que leur propre vision, leur propre interprétation d’un évènement. Si on connait la tendance politique d’un journal, il est plus difficile de connaître celle d’un commentateur ou de la décrypter suivant ses commentaires. La neutralité? Non, personne n’est neutre. Personne ne peut être neutre. Sur des faits simples, peut-être et encore. En politique , jamais!

On entendait récemment une rouquine se défendre de chercher la petite bête, que son rôle est de commenter et d’analyser. Votre Magy ne pense pas que compter le nombre de boutons sur une veste ou savoir si être debout ou couché est intentionnel ou pas est important. De plus en plus de commentateurs de cette caste sont agressifs ou agressifs-passifs et eux aussi pensent plus à leur image et leur carrière qu’à ce que leur travail peut délivrer comme message. Le reflet du miroir.

Ces mots qu’on répète, ces petits évènements anodins que l’on monte en chantilly et que l’on va mentionner pendant des années pour faire « chic » pour ensuite prétendre que cela entre en considération dans les importances « des gens ». « Les gens » disent sans doute finalement ce qu’ils entendent tout le temps et quels gens?

Somme toute, prendre en filigrane des leitmotiv de l’extrême droite ou de l’extrême gauche qui nourrissent la lutte des classes, n’est-ce pas prendre position politiquement? N’est-ce pas diviser le pays et envenimer une situation?

Le poids des mots, la répétition, les conséquences.

La mentalité aussi. Les commentaires seront à la hauteur de ce que leur mentalité pourra accepter. La société est en mutation. Ils sont humains. Ils sont aussi effrayés que tous les autres. Ils ont leurs convictions, ils ont leurs concepts, ils ont leurs limites.

En ce qui concerne les partis politiques et leurs membres respectifs dans n’importe quel pays de l’Union européenne, c’est l’instant de quitter l’adolescence et de mener la société vers le stade adulte. Confrontez et mixez vos idées. Fortifiez l’UE. Regardez du côté des USA et les possibles fuites vers la Russie, les contacts avec Erdogan, pensez aux liens de l’extrême droite européenne avec la Russie. Ne négligez pas la menace turque. On a beaucoup de choses à faire. On n’a pas le temps de s’entre déchirer.

De plus, il est illégitime de vouloir imposer une société qui tire les individus vers le bas en leur supprimant tout espoir de création, de développement, de libre circulation, de travailler comme ils l’entendent, d’être qui ils sont et non pas qui certains veulent qu’ils soient. Que chacun soit protégé mais qu’aucun n’entrave l’autre.

Magy Craft

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.